La Fabrique de l'hospitalité | LE BLOG

Laboratoire d'innovation des Hôpitaux universitaires de Strasbourg

Bilan du jeudi 17 novembre

Grâce à l’utilisation de nos deux outils avec le personnel des crèches, nous avons pu mettre en lumière des hypothèses de travail :
– Nécessité d’avoir au moins quatre groupes d’enfants pour atténuer les différences de développement entre eux : il faut séparer les enfants en fonction de leurs niveaux de développement.

– A l’intérieur de chaque espace correspondant à un groupe d’enfant, il est nécessaire que l’espace soit composé de multiples sous-espaces (cloisonnements).

– Plus les espaces sont séparés en petites endroits et moins il y a d’agressivité entre les enfants.

– Plus les enfants peuvent se nicher, et plus ils se sentent bien.

– Les acquisitions sont tellement différentes entre les enfants d’un même groupe (ex : chez les grands : 20 mois :destruction ; 3ans : construction) qu’il est nécessaire de penser à des séparations (« barrière ») entre chaque espaces de jeux.

– Chaque espace consacré à un groupe d’enfant doit être un espace autonome en réunissant toutes les pièces fonctionnelles (alimentation, change, jeux, accueil des parents…). Tout doit être à disposition de chaque unité pour éviter au maximum les déplacements du personnel. Cela car :
> les allers-retours du personnel inquiètent et perturbent les enfants (peur de ne pas les revoir, bruit de la porte…)
> le professionnel ne peut pas toujours s’absenter (sécurité)
> avoir tout à disposition permet à chaque enfant de devenir acteur de son développement, devenir plus autonome.

– Les parents ne doivent pas avoir accès au salle de vie de l’enfant. Il faut penser à un espace de transition qui permette au parent de changer l’enfant (accès aux casiers) sans avoir besoin d’entrer dans leur espace de vie. Dans cet espace, on peut imaginer une visibilité à sens unique : le parent peut voir son enfant jouer dans son espace de vie sans que ce dernier puisse le voir. Ces éléments car :
> la présence des parents perturbe les enfants (allers-venus incessants)
> problème d’hygiène (nécessité de mettre des chaussons : perte de temps pour le parent)
> lorsque l’enfant pleure lors du moment de la séparation avec son parent, cela a tendance a créer un effet boule de neige sur les autre enfants.

– Il faut segmenter l’espace extérieur de la même façon que l’on doit le faire pour l’espace intérieur. (Multiples sous espaces pour chaque groupe d’enfants) et penser à la circulation entre intérieur et extérieur.

– Il devrait y avoir une salle pour les parents qui puissent favoriser les échanges entre eux. Un espace d’attente, de partage, de communication.

– A l’intérieur des pièces de vie des enfants, la professionnelle doit avoir une place au centre pour avoir un regard bienveillant sur les enfants (notion de sécurité, surveillance, encadrement).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 30 novembre 2011 par dans Crèches hospitalières.
%d blogueurs aiment cette page :